L'éclairage public

Partager :

L'éclairage public gradué

Eclairage AFN

L'intensité de l'éclairage nocturne varie selon les rues et les quartiers.
Avec son Plan Lumière, la Ville a mesuré et hiérarchisé les besoins. Le matériel d'éclairage installé ou remplacé rue par rue lors des chantiers d'aménagement de voirie est choisi en fonction de la catégorie dans laquelle est classée la rue en question.

 
Eclairage parc de Coubertin

Les besoins en éclairage varient selon les rues et les quartiers. D'une ruelle à un boulevard, un éclairage uniforme serait insensé !
Forme, hauteur, matériau, espacement des lampadaires, puissance, heures d'extinction... les variables à retenir sont nombreuses. Mais la Ville veut éviter l'ajustement au cas par cas. Le Plan Lumière ne signifie pas uniformisation mais cohérence de traitement.

Parc de Coubertin, Rue Clemenceau, rue Beauséjour : la Ville a choisi des lampadaires contemporains d'une même famille.

Dotée depuis 2009 de ce Plan Lumière, la commune dispose d'un guide pratique avec des grilles de dispositions appliquées au fil des programmes d'installation et de renouvellement du matériel d'éclairage public.
Les objectifs de fond sont l'harmonie des matériels, l'économie d'énergie et le respect de l'environnement (le rayonnement vers le ciel est inutile et facteur de pollution).
Le Plan Lumière passe au crible  tous les sites et toutes les voies de commune. Il les classe en catégories à partir de critères tels l'importance et de la nature du passage (transit, promenade...), du type de voie (principale, secondaire, de liaison, interne à un lotissement), des utilisateurs (promeneurs à pied, automobilistes...), de l'identité du quartier ou de l'environnement (littoral, centre-ville...).
Les classements achevés, le Plan Lumière fixe pour chaque catégorie identifiée une trame précise quant au matériel à adopter, la puissance de l'éclairage, etc.

Trois grandes familles de voies et de matériels d'éclairage

Si quelques situations spécifiques sont traités de façon particulière en raison de leur forte identité - comme le long du littoral - la plupart des voies entrent dans l'une de trois catégories majeures :

  •  les voies de transit qui traversent la commune, avec une distinction entre transit principal - la route de Talmont, et le boulevard du Vendée Globe - et les voies de transit secondaire telles Clemenceau et Coty ;
  •  les voies de liaison entre quartiers telles les rues de la Marcelière, de la Croix blanche ;
  •  les voies de desserte, celles du maillage des lotissements.
 

Plus de 3 000 lampadaires

Eclairage Clem

3 200 lampadaires éclairent les rues du Château d'Olonne. Le réseau est contrôlé plusieurs fois par an, en particulier pour le remplacement des ampoules grillées...
Confié à une entreprise privée, l'entretien du réseau d'éclairage public passe par des interventions régulières planifiées toute l'année. Elles garantissent un bon fonctionnement général et anticipent les pannes.
Mais à l'impossible nul n'est tenu... 100 % d'éclairage sur 3 200 lampadaires, 365 jours par an, n'est pas un engagement tenable ! 

 
Eclairage nuit Clemenceau
Principales dispositions :
  • remplacement systématique des ampoules au bout de quatre ans (durée de vie moyenne d'une ampoule) ; en pratique on remplace un quart des ampoules chaque année, quartier par quartier,
  • quatre fois par an (janvier, mai, septembre et novembre), une patrouille sillonne de nuit le territoire communal et pointe un à un les lampadaires défaillants ; si l'origine vient de l'ampoule, l'ampoule sera changée le lendemain ; s'il s'agit d'une autre cause, le délai de réparation peut-être plus long.

Sur ces bases, le coût d'entretien des lampadaires représente 35 000 euros par an, ampoules de remplacement comprises.
Et en cas de panne entre deux contrôles réguliers, deux possibilités : 

  • l'urgence n'est pas caractérisée et il y sera remédié au passage suivant,
  • la situation est jugée délicate et la Ville demande une réparation immédiate. Mais, et ça donne à réfléchir, L'intervention est alors facturée 162 euros.

Consommation électrique, 125 000 euros

Pour l'éclairage public, la Ville règle une facture d'électricité annuelle d'environ 125 000 euros, soit 39 euros par lampadaire. Mais tous les lampadaires ne sont pas à la même enseigne. Les rues les plus passagères sont en effet éclairées toute la nuit, les moins fréquentées sont "coupées" quatre heures. En période estivale, les accès et les abords des équipements touristiques - des aires de camping par exemple - sont en revanche systématiquement éclairés toute la nuit.
Attention, quand un groupe de lampadaires fonctionne en journée dans un quartier, ce n'est  ni de la  gabegie ni de la négligence. Cela signifie au contraire que des techniciens travaillent à la maintenance du réseau pour ce quartier.

 

Archives municipales

Newsletter

Abonnez-vous et restez informé de toute l'actualité du Château d'Olonne.