Des rues aménagées pour toutes les catégories d'usagers et les riverains


Partager :
Pas du Bois  cycliste(1)

Avec les aménagements contemporains de la commune, les cyclistes et les piétons réinvestissent les rues et les quartiers. Exemples récents de restructuration de rues :

  • avenue du Commandant Belmont,
  • avenue du Pas du Bois,
  • rue Clemenceau,
  • rue de la Marcellière,
  • rue des Grandes Prises,
  • rue du Pré Étienne,
  • rue des Marchais,
  • rue de la Croisée...

L'aménagement des rues passe par l'organisation des déplacements écologiques et motorisés, du stationnement, de l'environnement des riverains et bien sûr  de la sécurité de tous !

 

À la Pironnière : les rues des Grandes Prises, du Pré Étienne, des Marchais, du Puits d'enfer...

Le quartier de la Pironnière bénéficie ces dernières années de très importants investissements de la Ville en faveur de sa voirie. Étape après étape, la liaison cyclable du centre-ville vers la mer est presqu'entièrement établie désormais.

 

Rue des Grandes Prises

Grandes Prises

Achevé début 2011, l'aménagement apporte la sécurité attendue. Les deux-roues, les piétons et les personnes à mobilité réduite en sont les premiers bénéficiaires avec la création de couloirs affectés aux différentes catégories d'usagers. Second impact, les riverains gagnent en tranquilité et qualité d'environnement. Ces objectifs ont été atteints au prix d'arbitrages : une partie de la rue est passée en sens unique pour les engins motorisés, et il n'a pas été possible de créer une piste cyclable à double sens.
Les déplacements à vélo passent par :

  • une piste cyclable dans le sens sud/nord, piste en sens inversé par rapport à  la circulation automobile ;
  • le partage de la chaussée routière avec les automobilistes dans le sens nord/sud, dans le même sens que les voitures.

Pour la circulation automobile :

  • tous les engins à moteur (voitures, cyclomoteurs, motos et poids lourds) circulent à sens unique - nord/sud - pour la partie de la rue des Grandes Prises entre l'intersection avec la rue de Bourdigal et la rue de la Croisée ;
  • dans l'autre sens, à partir de la rue Jules Ferry l'accès à l'avenue de Talmont ou au centre-ville est détourné par la rue de Croisée et de la rue de Bourdigal.

La Ville a investi 580 000 euros dans cette réhabilitation de voirie.

 

Rue des Marchais

Rue des Marchais piste cyclb.

La piste cyclable créée en 2011 sur 400 mètres environ a entraîné la modification du sens de circulation automobile. Pour les véhicules motorisés la rue est désormais en sens unique de la Pironnière vers la route littorale. Pour faire de la place à la piste cyclable, il n'y avait pas d'autre alternative. La Ville a consacré environ 100 000 euros à cet aménagement.

 

Rue du Puits d'enfer

Réalisé en 2011, l'aménagement principal consistait  à créer une piste cyclable jusqu'à la mer. Elle a été gagnée sur la chaussée automobile, la rue passant en sens unique pour les véhicules motorisés, avec une circulation montante du littoral vers le cœur de la Pironnière.
La combinaison des sens uniques différents entre la rue des Marchais et la rue du Puits d'enfer permet de fluidifier tous les modes de déplacements et d' oxygéner le quartier de la Pironnière. Le cadre de vie des résidents se bonifie lui aussi avec ce type d'aménagement qui fait consensus auprès des commerçants comme des riverains.
La Ville a consacré environ 275 000 euros à cette rue, nouvel éclairage public compris.
 

Rue du Pré Étienne et rue de Villeneuve

Sans bordure ni trottoirs, ces deux rues étaient de configuration sommaire. À leur intersection, le carrefour était même dangereux. La sécurité de la circulation, en particulier celle des deux roues, restait incertaine.
La fonction de la rue de la rue de Villeneuve étant surtout l'accès aux maisons riveraines, l'aménagement s'est traduit par la réfection de la chaussée, et la création de trottoirs et de quelques places de stationnement.
La rue du Pré Étienne exerce un rôle plus important. Davantage fréquentée, elle relie la Pironnière et le Puits Rochais. L'aménagement a permis de créer sur cet axe une voie cyclable et du stationnement. L'aménagement fut précédé par des travaux d'assainissement et d'évacuation des eaux pluviales. Enfin, le carrefour avec la rue de Villeneuve est devenu un rond-point.
Autre impact de ce chantier de 2011, les réseaux de fils aériens sont désormais enterrrés et un nouvel éclairage est installé.
550 000 euros ont été consacrés à ces deux rues. 

 

Rue Clemenceau

La rue Clemenceau, l'une des trois principales voies urbaines en longueur et en trafic, a été entièrement refaite entre 2007 et 2009, en même temps que tout son réseau d'assainissement.

Ce long chantier - il a duré 26 mois - visait deux objectifs principaux  : la sécurité des usagers et la valorisation du cadre de vie des riverains. Tout a été traité : rétrécissement de la chaussée automobile, pavage et souvent l'élargissement des espaces piétons, enfouissement des câbles électriques et téléphoniques, éclairage public, accès des personnes handicapées aux arrêts de bus, stationnement automobile hors chaussée pour une centaine de places, environnement...
Sans piste cyclable... pourquoi ?
La création d'une piste cyclable a été étudiée. Mais la largeur de la rue ne permettait pas de la réaliser en maintenant les deux couloirs de circulation automobile, du stationnement pour les riverains et les services, et des trottoirs adaptés aux personnes à mobilité réduite.
Pas aussi idéale que sur une piste cyclable, la circulation à vélo elle est pourtant beaucoup plus sûre qu'auparavant, vu le tracé actuel de la rue.

Clemenceau Circulation Clemenceau vlo(1)
 
Clemenceau, arbres

Subite poussée d'arbres...
Deux ans plus tôt, il n'y avait pas un seul arbre le long de cette voie. Très visible déjà, la touche verte sera de plus en plus perceptible avec la croissance des plantations faites : une soixantaine d'arbres hauts (poirier de Chine, chênes verts, chênes liège...), 200 arbustes, un millier de plants à tailler, 3 000 vivaces en massif.

 

Avenue du Commandant Belmont

À pied, à vélo, ou en voiture...  l'avenue est plus sûre quelque soit le mode de déplacement des usagers

L'aménagement de l'avenue, réalisées au printemps 2010, s'intègre au plan global des liaisons nord s, du centre-ville à la mer. La Ville visait le confort et la sécurité de tous les modes de déplacement, et  la réduction de la vitesse automobile. Le nouveau tracé de la voie remplit ces objectifs.

Les deux roues, principaux bénéficiaires

Les espaces réservés à chaque mode de déplacement - engins motorisé, vélo, à pied - sont aménagés en secteurs distincts bien identifiés :
  • de part et d'autre de la chaussée automobile une piste cyclable avec chacune son sens de circulation sur une largeur de 1,40 m ;
  • les trottoirs sont aménagés au plus près des maisons,
  • une bordure sépare nettement les trottoirs des couloirs des deux roues,
La nature des matériaux au sol évite toute confusion entre couloirs de circulation.

Compléments d'aménagement

  • il est créé des places de stationnement quand la largeur de la chaussée le permet,
  • pour 25 000 euros, le renouvellement de l'éclairage public est du même type que celui de la rue de la Marcellière.
Quant au traitement paysager, il s'est concentré sur le rond-point à hauteur de La Marcellière et sur deux massifs arbustifs de part et d'autre. Deux autres massifs ont été créés tout près de la rue du Coteau, et une dizaine de néfliers japonais a été plantée.
L'aménagement a coûté 245 000 euros, 280 000 avec l'éclairage et les plantations.
Belmont 1 Belmont cycliste
 

Avenue du Pas du Bois

Piste cyclable Pas du Bois 2

La sécurité des écoliers et des collégiens a vélo détermine le visage de l'avenue

Reliant le centre-ville au quartier des Plesses, l'avenue du Pas du Bois est empruntée par les jeunes quotidiennement en toute saison. C'est la route des collèges de la commune, du centre de loisirs, des d'activités à Ado Sphère et Planète jeune... et de la plage ! La protection de ces déplacements est une préoccupation pour la Ville. L'aménagement a été rélisé en deux temps : au printemps 2010 de l'éhpad Les Vallées au rond-point des Plesses, soit environ un kilomètre, puis deux ans plus tard jusqu'au rond point du Pas du Bois.

Innovations

La chaussée automobile est sensiblement décalée vers le ruisseau du Tanchet.
La piste cyclable, à double sens et d'une largeur de trois mètres, borde les quartiers d'habitat et de futures zones à urbaniser, en desserte directe des quartiers d'habitat ; cette disposition évite aux cyclistes de couper l'avenue.
La chaussée automobile est nettement  dissociée de la piste cyclable.
Le rond-point des Plesses a été réhaussé, avec une plateforme ralentisseur pour les engins motorisés, il force au respect des cyclistes.
L'éclairage public a été refait, il est de même nature qu'avenue du Commandant Belmont et la rue de La Marcelière. 
Coût : 1re partie, 1 km,  435 000 euros (480 000 avec l'éclairage) ; 2e partie, 400 mètres, 250 000 euros

 

Rue de la Marcellière

Profil, chaussée, trottoirs, caniveaux, stationnement... tout à neuf...

La 1re étape de l'aménagement a consisté, en 2008, à changer la conduite d'eau. Puis en 2009 il a été procédé à l'enfouissement des réseaux aériens, travaux représentant 259 000 euros hors taxe (dont 163 000 euros à charge de la Ville). Le chantier de voirie prenait le relais début 2010 et l'installation d'un nouvel éclairage public cohérent avec le Plan Lumière marquait l'achèvement de l'aménagement au printemps.
Coût : 240 000 euros, éclairage compris.

 

Archives municipales

Newsletter

Abonnez-vous et restez informé de toute l'actualité du Château d'Olonne.