Expression des groupes d'opposition


Partager :

Groupe "Ensemble, agir pour le changement"

La rénovation énergétique des logements anciens est aujourd'hui la première des politiques permettant conjointement d'améliorer le pouvoir d'achat, de développer l'économie et l'emploi et de s'engager dans la transition énergétique de notre société.

Nous devons encourager les particuliers à réaliser des économies d'énergie.

Pour 3 raisons  principales:

  • Social : il s'agit d'améliorer le confort thermique des logements et de lutter contre la précarité énergétique, de réduire les charges qui pèsent sur les ménages
  • Environnemental : Il s'agit de réduire les consommations énergétiques pour lutter contre le dérèglement climatiqu
  • Economique : Il s'agit de renforcer la filière de rénovation énergétique, puissant levier de croissance économique et d'emplois.

Grâce au programme « Habiter Mieux », géré par l'Agence nationale de l'Habitat, l'ANAH, les ménages sous conditions de ressources, peuvent être subventionnés, pour une partie très significative de leurs dépenses (de 35 à 50 % des travaux) dans leur projet de rénovation énergétique de leur logement afin de gagner en qualité de vie et confort.

Comment des ménages, au budget contraint, peuvent financer la dépense non subventionnée par l'ANAH ?

Pour répondre à cette question légitime, nous devons informer les particuliers du dispositif existant, mais également insister sur les aides complémentaires dont ils peuvent bénéficier.

En effet, à l'aide de l'ANAH peuvent s'ajouter des subventions complémentaires des collectivités dont l'aide régionale aux économies d'énergie pour les particuliers du Conseil régional (AREEP).

Le dispositif des Certificats d'Economies d'Energie oblige les fournisseurs d'énergie à inciter leurs clients à réaliser des économies d'énergie. Les distributeurs de carburants et de fioul domestique versent des Primes Energie pour la réalisation de travaux d'économies d'énergie.

Enfin, l'éco-prêt à taux zéro, constitue une avance de fonds sans conditions de ressources pour financer des travaux d'amélioration de la performance énergétique sans payer d'intérêts. Les économies réalisées dans la plupart des cas, compensent largement les mensualités de l'emprunt contracté.

Tout cela est complexe et difficile à appréhender pour un public non averti, mais nous avons le devoir de l'accompagner au niveau administratif, technique et financier.

Nous devons poser le cadre, et mettre en place les outils.

C'est une question de volonté, au-delà des paroles, passons aux actes.

                                                                            Jean-Pierre CHAPALAIN

 

Groupe "Construire l'Avenir Ensemble"

Palais des Sports : en démocratie, le fait du prince, ça n'existe pas !

Lors du Conseil communautaire du 3 février, nous avons appris que le président de la communauté d'agglomération avait acté la construction d'un palais des sports à la Vannerie. Dont acte !

Oui nos infrastructures sportives ont besoin d'être rénovées, modernisées, adaptées aux besoins de nos associations, de nos clubs. Nous devons tous avoir un objectif commun : amener le plus grand nombre à pratiquer une activité physique et sportive. Le sport reste un facteur d'intégration sociale, un vecteur inégalé d'enrichissement de la qualité de vie et un outil de santé publique, que nous devons défendre collectivement. D'ailleurs, le sport plutôt qu'une longue liste de médicaments est une idée qui doit faire son chemin. Nous devons également avoir comme souci commun de faire du sport un instrument d'éducation de la jeunesse.

Alors, la construction d'un palais des sports est-elle une nécessité ? Peut-être. Mais ce que nous contestons, c'est encore une fois la méthode de Yannick Moreau. Un tel projet, qui coûtera plusieurs millions d'euros à la collectivité, ne peut être présenté sans explications, sans dialogue et sans concertation avec les élus, les associations, les clubs et les citoyens. Apprendre cela par la presse et ensuite mettre le conseil communautaire devant le fait accompli, alors que ce projet n'a jamais été examiné en commission, ce n'est ni respectueux des représentants des citoyens, ni sérieux sur le fond du dossier. Nous sommes certes en période d'élection présidentielle, mais cela n'autorise pas tout, ni à promettre monts et merveilles. Ayons la volonté de mettre fin au fait du prince et de rétablir une réelle démocratie !

 

Pour le Groupe « Construire l'Avenir Ensemble »

Anthony PITALIER

 

Archives municipales

Newsletter

Abonnez-vous et restez informé de toute l'actualité du Château d'Olonne.